Blog Art Oratoire

La "Sainte Trinité" de la prise de parole en public

30 septembre 2020

Et si la prise de parole en public était à l'image de la religion? C'est la question que je me suis posé dans l'objectif d'y répondre. Il m'a fallu juste quelques secondes de réflexion pour conclure que la prise de parole en public n'est pas à l'image de la religion.
En vérité, je vous le dis, la prise de parole en public est une religion. Elle est une religion elle-même puisqu'elle répond à des normes, des préceptes, promeut des valeurs et procure de la sensation de bonheur, de confiance et exige de la dévotion. Bien sûr, vous ne profiterez de cette sensation de bonheur que si vous avez réussi votre prise de parole en public. C'est pourquoi, je vous livre aujourd'hui la "Sainte trinité" de la prise de parole en public.

Dans une société où l'oralité est devenue plus qu'omniprésente, il est important que l'on puisse s'approprier cet art. Je me livre toujours à l'exercice de démontrer le bien fondé de la maîtrise de cet art parce-que j'ai toujours pensé que tout part de là. À quoi bon m'employer à faire quelque chose dont je ne maîtrise pas l'importance? En fait, la bonne insertion amoureuse, amicale, citoyenne ou professionnelle est garantie par une bonne maîtrise de la communication; en l'occurence, orale. C'est essentiel.

Que peut bien être la sainte trinité de la prise de parole en public ? Avant de vous délivrer le contenu, faisons un tour rapide vers la conception même de la "Sainte Trinité". En effet, la Sainte trinité est une conception du christianisme. Suivant cette conception, la Trinité représente un seul Dieu mais en trois personnes à savoir: le père, le fils et le saint-esprit. Cependant, ces trois personnes agissent différemment mais en commun. Ainsi, le père est éternel et s'exprime par le fils. Le fils est donc le verbe du père. A propos, dans la Bible, Jésus a dit qu'il n'existe que par son père. Le père s'incarne donc dans le fils qui accomplit la volonté de ce dernier. Quant à l'esprit-saint, considéré comme l'esprit de Dieu, c'est lui qui a inspiré les prophètes et les apôtres. Il conduit « vers la vérité toute entière » (Jean 16, 13). Le saint-esprit apparaît comme un guide incitateur; il instruit et conduit. Ainsi, toute l'oeuvre de Dieu est l'oeuvre commune des trois personnes. Le même schéma se reproduit dans la prise de parole en public qui est d'ailleurs " Dieu" mais en trois éléments aussi.

La Sainte trinité de la prise de parole en public se décline comme suit:

Le père: L'engagement
Le fils: Le verbal
L'esprit-saint: Le non-verbal

D'abord, le père, c'est par lui que tout commence. Il est créateur et fondateur des autres. Il est éternel. En effet, c'est l'amour du discours qui conditionne tout le reste. Vous ne pouvez pas réussir votre prise de parole en public, si vous n'aimez pas parler, si vous n'êtes pas engagé. Aimer parler part tout d'abord de la façon dont vous appréhendez l'importance de la parole. En d'autres termes, c'est l'idée d'importance que vous vous faites de la prise de parole en public qui va induire votre amour pour le discours et donc susciter votre engagement. Ici, c'est de votre engagement qu'il s'agit. Vous ne devez pas entretenir une relation d'amour contrariée avec la parole. La parole sert à mettre les gens en commun, c'est-à-dire qu'elle sert de lien entre les gens et ne doit pas être une source de séparation.
La parole est essentielle à maîtriser: la maîtrise de la parole est un art essentiel à maîtriser. Du coup, c'est votre engagement qui s'incarne dans votre verbe.

Ensuite le fils, il accomplit la volonté du père. De la même façon que Jésus a eu à accomplir la volonté de son père, le verbal accomplit la volonté de l'engagement. Autrement-dit, votre amour pour le discours ou votre engagement vous amènera a parler, à dire. En disant, vous accomplissez la volonté de votre engagement. Ainsi, vous mettez en exergue le verbe. Le verbe, c'est le message plus votre voix. C'est par votre voix que le verbe naît, même si dans votre pensée elle est conçue.


Enfin, l'esprit-saint, il accompagne le fils dans la mission à lui assigner par le père. N'oubliez pas que c'est lors du baptême de Jésus dans le Jourdain par Jean-Baptiste que Dieu a révélé à tous que "celui-ci est mon fils bien aimé, écoutez-le". C'est donc l'Esprit-saint qui consacre le fils en lui donnant toute la puissance nécessaire pour accomplir le dessein du père. Ainsi, le non-verbal est l'esprit-saint qui accompagne et guide le verbal dans l'accomplissement, si non dans la mise en oeuvre de l'engagement. Le non-verbal prend en compte la gestuelle, la prosodie (la variation de la tonalité de votre voix), le regard. C'est le non verbal qui incite les autres à appréhender ce que vous transmettez par le verbal. Si vous n'avez pas le non-verbal, votre discours est sans vie. Autremendit, c'est lorsque vous maîtrisez et mettez en oeuvre la gestuelle adaptée à votre discours et lorsque vous variez votre tonalité que vous amenez le public à s'accrocher a ce que vous dites. Il ne peut que jouir et vous suivre. Le non verbal est donc le conducteur de l'ensemble, comme l'Esprit-saint.

Ainsi donc se décline la " Sainte Trinité" de la prise de parole en public.
Besoin d'un coaching personnel en prise de parole en public, cliquez ici !

Partager :